Les Banques Populaires : partenaires historiques des franchiseurs et franchisés

Les Banques Populaires : partenaires historiques des franchiseurs et franchisés

 

Les Banques Populaires se sont particulièrement bien organisées pour participer activement au développement des réseaux de franchise. Alors qu’une structure centrale étudie les dossiers des franchiseurs, l’accompagnement des franchisés se fait en région, au plus près des acteurs, pour un maximum d’efficacité ! Entretien avec Florence Soubeyran, responsable Commerce et Franchise de Banque Populaire.

Infos & contact :

www.banquepopulaire.fr
www.franchise.banquepopulaire.fr

Pourquoi les réseaux se font-ils référencer au sein d’une ou plusieurs banques ?

Le référencement d’une enseigne joue un rôle d’accélérateur pour son développement. C’est à la fois un atout pour le franchiseur mais aussi pour les franchisés. D’une part, c’est un gage de sérieux et de transparence de la part du franchiseur qui aura répondu à toutes les interrogations du pôle franchise, d’autre part le banquier qui va recevoir le futur franchisé aura ainsi les éléments sur le concept et le fonctionnement de l’enseigne ; enfin cela permet une meilleure réactivité dans la réponse à la demande de financement.

Afin de faciliter leur développement en franchise, les franchiseurs sollicitent le référencement de leur réseau auprès de notre pôle franchise et fournissent un grand nombre d’informations sur la tête de réseau et les points de vente. Banque Populaire dispose d’un pôle franchise national et de correspondants franchise dans chacune des Banques Populaires.

Comment les franchiseurs sont-ils accompagnés dans leur développement ?

Le franchiseur doit prouver la rentabilité de son concept, dont les premiers établissements pilotes sont généralement financés par son banquier. Ensuite, il sollicite les pôles franchise des banques, souvent la Banque Populaire car nous sommes très impliqués dans le secteur de la franchise.

Notre process de référencement comprend un audit juridique de son DIP (Document d’information précontractuel) et du contrat de franchise afin de s’assurer qu’ils sont à la fois complets, conformes à la législation et équilibrés. Nous nous assurons de la bonne santé financière de la tête de réseau et des points de ventes existants et étudions la manière dont il exerce son métier de franchiseur en analysant la sélection des franchisés, la formation initiale et continue, l’accompagnement dans le temps… Pour un premier contact, il est possible de rencontrer les Banques Populaires sur les salons thématisés sur l’entrepreneuriat et la franchise.

Et du côté des franchisés ?

Les franchiseurs qui sont en relation avec Banque Populaire nous informent des projets de création ou de reprise dans leur réseau. Ces demandes de financement sont relayées auprès des agences de proximité par l’intermédiaire du Correspondant Franchise de la Banque Populaire régionale. C’est l’agence de proximité qui va donc solliciter le futur franchisé pour un rendez-vous. Lorsque nous finançons cette création d’entreprise, cet interlocuteur local restera le banquier du franchisé par la suite. Le premier rendez-vous sera davantage centré sur l’adéquation entre le profil du franchisé et l’intégration de son projet dans le tissu économique local.

Quelles sont les tendances actuelles ?

Beaucoup de projets de nouvelles franchises concernent les domaines de l’alimentaire, la restauration rapide ; les secteurs de la beauté, du bien-être et du sport sont aussi en fort développement.

Quels conseils donneriez-vous aux porteurs de projet avant de se lancer ?

Il est déjà indispensable de s’investir dans un domaine qui plait. Ensuite, il s’agit de bien choisir son franchiseur et pour cela, rien n’est plus efficace que d’en discuter directement avec des franchisés. Il faut rapidement prendre contact avec l’enseigne, récolter auprès d’elle des informations chiffrées et qualitatives : il existe différents profils de franchisés : les « défricheurs » préfèreront rejoindre un jeune réseau et participer à l’aventure d’un lancement de réseau alors que les « suiveurs » privilégieront un réseau déjà mature.

A v i s d ‘ E x p e r t

Quand on souhait te entreprendre, on est souvent pressé de voir avancer son projet… Or, côté finances, mieux vaut prendre un peu de recul, préserver au maximum sa trésorerie en bénéficiant notamment des aides à l’entrepreneuriat qui existent. Il existe des aides nationales et régionales, des dispositifs d’accompagnement très efficaces.
Les dispositifs de financement à la création d’entreprise sont nombreux. Un entrepreneur peut bénéficier d’aides allant jusqu’à environ 10 000 €, un coup de pouce qui permet parfois de consolider le plan de financement et faciliter l’accompagnement par la banque.

« Ces aides sont souvent un prêt à taux zéro, accordé au porteur de projet à titre personnel et cette somme peut être assimilée à un complément d’apport personnel dans le projet de création d’entreprise » explique Florence Soubeyran, responsable Commerce et Franchise de Banque Populaire.

Plus d’infos
https://les-aides.fr/

Bénéficier d’aides au financement de son projet : quelques conseils [ [ © Stevens Frémont

A v i s  d ‘ E x p e r t

Cette année, les résultats de l’enquête annuelle de la franchise ne seront pas dévoilés en une fois, comme il en était l’usage les années précédentes.
Ils seront désormais dévoilés chaque mois, jusqu’à l’été 2018, à travers une thématique précise, une infographie d’illustration et un rapport synthétique. Ces rendez-vous mensuels ont pour objectif de présenter chaque sujet de façon simple et moderne afin d’optimiser la compréhension et la mémorisation des points clés de l’enquête.

« Pour la 14è édition de l’enquête annuelle de la franchise Banque Populaire / FFF, nous avons souhaité moderniser la présentation des résultats. Les grandes tendances 2017 seront dévoilées à travers un dispositif de rendez-vous mensuels par thématique diffusés via les médias sociaux et le site internet Banque Populaire. Les chiffres, illustrations et dashboards pourront ainsi être relayés et partagés sur la toile par les acteurs du secteur afin d’être accessibles à tous » explique Florence Soubeyran, responsable Commerce et Franchise de Banque Populaire.

Plus d’infos

www.franchise.banquepopulaire.fr

Enquête annuelle de la franchise Banque Populaire, un nouveau format pour la 14ème édition © Stevens Frémont [

A v i s  d ‘ E x p e r t

Les femmes aussi entreprennent. Selon la 14è édition de l’enquête annuelle de la franchise banque Populaire, 43 % des entrepreneurs sont des femmes. De l’émergence au développement, France Active donne aux entrepreneurs engagés les moyens d’agir sur leur territoire. Elle les accompagne dans leurs problématiques financières, met à leur disposition les financements les plus adaptés à leurs besoins et leur permet d’accéder à un réseau d’acteurs économiques et sociaux.

Le FGIF (Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes) a pour objectif de faciliter l’accès des  femmes entrepreneures au crédit bancaire pour financer la création, la reprise ou le développement d’entreprises. Le FGIF peut être mobilisé quels que soient : le statut de la créatrice (salariée, sans emploi…), la forme juridique de l’entreprise et son secteur d’activité.

Le prêt garanti doit financer les besoins en investissements et le BFR (besoin en fonds de roulement). Les cautions personnelles sur les prêts garantis par le FGIF sont exclues. La garantie couvre au maximum 70 % du montant du prêt, dans la limite de 45 000 €. Le montant du prêt doit être de 5 000 € minimum.

Plus d’infos site France Active

http://www.franceactive.org

La franchise aime les femmes… [ [ © Stevens Frémont

A v i s d ‘ E x p e r t

La 14è édition de l’enquête annuelle de la franchise Banque Populaire nous confirme le dynamisme de l’entreprenariat et notamment en franchise ! Ainsi, les premières données de cette enquête annuelle nous fournissent les éléments suivants :

• 39 % des français souhaiteraient créer leur entreprise, dont 44 % en franchise ; les français plébiscitent donc cette forme d’entrepreneuriat qui est particulièrement mature en France.

• Les réseaux français comprennent en moyenne 80 points de vente, dont 55 en franchise (les 25 autres sont des succursales du franchiseur) ;

• La répartition des activités : 54 % des franchises concernent des activités de service et 46 % du commerce.

ENTREPRENDRE

Rate and write a review

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *